Dans la peau du tueur

Publié le par Guillaume Fortin

Il se regarde dans le petit miroir suspendu en face de lui au dessus du petit lavabo de cette petite chambre d’hôtel miteux.

Il est maquillé  outrageusement. Son rouge à lèvre étalé jusqu’autour  de la bouche. Le contour noir de ses yeux  excessif. Il porte une perruque de femme de couleur blonde.

Il place ses mains gantées sur son visage tout en continuant à se regarder dans le miroir, étalant  le sang rouge vif qui  dégouline de ses gants en caoutchouc. Le sang se mêle au maquillage. Le maquillage se mêle au sang.

Il se malaxe ainsi le visage un bon moment, de plus en plus rageusement, puis ouvre les robinets et laisse couler l’eau tout en regardant  son reflet  dans le miroir, le reflet de ce visage souillé par le sang.

Il rince abondamment ses mains  gantées puis commence à s’asperger le visage.

Sortant de ses poches du coton et du  démaquillant, il commence à se nettoyer soigneusement, d’abord le contour des yeux, puis le rouge à  lèvres. Ses gestes sont précis et appliqués, réalisés avec assurance.

Il continue de fixer son regard dans son regard, les yeux dans les yeux du reflet.

Démaquillé, sans sa perruque de femme, le miroir reflète le visage d’un autre. Il se regarde une dernière fois, cherche  un détail qui le trahirait.

Ce n’est pas lui, dans le miroir. Ce n’est pas lui, qui a tué.

Lire la suite 

Commenter cet article