L'humour du commandant Marquez

Publié le par Guillaume Fortin


« C’est le patron d’une usine de saucisson d’âne qu’a un fils. Un jour il l’emmène pour lui faire visiter l’entreprise familiale. Quand ils arrivent au rez-de-chaussée de l’usine, le père lui dit : tu vois, cette partie de l’usine, c’est ton arrière grand-père qui l’a construite. Tu lui dois un grand respect. A l’époque, tout se faisait à la main. Il fallait pas mal de travail et pas mal d’ouvriers pour fabriquer des saucissons d’âne. T’as des questions à poser, mon fils ? Le fils répond non alors ils montent tous les deux au premier étage de l’usine. Le père se remet à lui expliquer : tu vois, cette partie là, c’est ton grand-père qui l’a construite. C’était déjà beaucoup plus moderne. Grâce à ton grand-père, le père de ton père, on a beaucoup augmenté la rentabilité. Il restait plus que des ouvriers pour dépecer l’âne, et tu vois, on mettait la viande dans cette machine et elle faisait le saucisson d’âne toute seule. Grâce à ça, on s’est passé de beaucoup de main-d’œuvre. Et il lui demande s’il a des questions, mais le fils répond toujours non. Alors ils montent ensemble au deuxième étage et le père se remet à lui expliquer : là c’est l’étage qu’a construit ton père. Tu peux être fier de ton père. On s’est beaucoup modernisé grâce à moi. Tu vois cette machine, là-bas, eh bien il suffit de faire rentrer l’âne dedans et il ressort directement des saucissons. Tu vois, c’est vraiment moderne. Bon, voilà, on a fini la visite. Tu as une dernière question à me poser ? Et là le fils se tourne vers son père et lui dit : oui papa, est-ce que ça existe une machine où on peut rentrer un saucisson et il sort un âne ? Alors le père regarde son fils et lui dit : oui mon fils, malheureusement… ta mère ! ».
Lire la suite

Commenter cet article